10 gestes simples à adopter pour réduire son empreinte écologique en faisant l’épicerie

Publié le Laisser un commentaire
eco friendly shopping

Si tu aspires à consommer mieux — et moins, la façon de faire tes courses peut être une chose à optimiser. Sans devenir fou et ne faire son épicerie que dans des magasins de vrac, il existe plusieurs petits gestes que l’on peut faire qui auront un impact sur notre consommation au quotidien. Et en prime : plusieurs de ces gestes auront un impact sur ta santé et t’aideront à économiser. En avant !

Geste 1 : Préférer le local et les aliments de saison

Bien que cela ne soit pas possible tout le temps, on peut réduire son empreinte écologique en optant pour les aliments locaux. Par exemple, si tu as le choix entre des pommes récoltées dans un verger à 30 km de chez toi, vs des pommes récoltées dans le pays voisin — choisir celles qui ont moins voyagé permettra de réduire ton empreinte écologique. En effet, le transport des aliments — qu’il soit par bateau, avion ou camion — est responsable d’un fort pourcentage d’émission de gaz à effet de serre !

Beaucoup d’entre nous nous sommes habitués à pouvoir consommer n’importe quoi, n’importe quand dans l’année ! Mais, les aliments que l’on doit importer de loin sont généralement pleins de préservatifs pour qu’ils restent frais pendant le voyage. Un peu comme acheter des produits locaux, acheter des fruits et légumes de saison fera en sorte que ceux-ci auront moins voyagé pour se retrouver chez toi. C’est donc la solution la plus écolo !

Une façon de faire une pierre deux coups peut être de s’abonner à un panier de légumes bio !

Geste 2 : À pied ou moins souvent

À la longue, les aller-retour en voiture à l’épicerie ont un impact sur notre consommation d’essence ! Si tu peux, essaye d’aller moins souvent à l’épicerie et de faire des réserves quand tu y vas en voiture. Sinon, si c’est possible, vas-y à pied ! Chez nous, on fait un mélange des deux. Une à deux fois par mois, on fait une virée à l’épicerie pour faire de grosses réserves. Puis on complète en allant à pied au petit magasin local pour s’assurer d’avoir toujours de bons fruits et légumes frais !

ecofriendly grocery shopping

Geste 3 : un plan A et plan B pour emballer

Celui-là, beaucoup le font déjà : emporter ses sacs réutilisables pour emballer ses courses. Privilégie des sacs robustes en tissu qui peuvent être réparés, plutôt que ceux en matières plastifiées qui, une fois fatigués, se retrouvent à la poubelle.

Et, si tu oublies tes sacs (ça arrive à tout le monde !), voici quelques idées de plan B pour éviter de te tourner vers les sacs en plastique à usage unique :

  • Sacs en papier
  • Boites en carton
  • Cagettes en bois

Je te conseille aussi de faire des réserves de petits sacs en tissu ou en filet — ceux-ci peuvent servir pour l’épicerie en vrac, mais aussi pour emballer tes fruits et légumes (à la place des petits sacs en plastique impossibles à ouvrir !).

Mes trucs pour ne pas les oublier ? Le premier, c’est de conserver un lot de sacs en tissu dans le coffre de la voiture, pour éviter d’être mal pris si je décide impulsivement de m’arrêter à l’épicerie. L’autre, c’est de ranger nos sacs d’épicerie près de la porte d’entrée, de façon à ce qu’ils soient à portée de vue quand on part à pied faire des courses. 

Geste 4 : Frais vs transformé

Les aliments frais offrent largement plus de nutriments que ceux qui ont été transformés — c’est donc l’option à privilégier pour ta santé. Ils sont plus faciles à digérer et généralement moins emballés que les aliments transformés ! Et, leur méthode de production a un plus faible impact écologique que les produits transformés. Autre avantage incontestable d’acheter frais au lieu de transformé : c’est moins cher ! Oui oui, manger frais te permettra d’économiser sur ta facture d’épicerie en plus.

Attention : on a tendance à acheter trop de produits frais et à en perdre. Quand il s’agit de fruits et légumes frais, il vaut mieux évaluer moins que trop, et compléter avec des petites courses d’appoint à pied lorsque c’est possible.

zerowaste shopping

Geste 5 : Sacrifier l’esthétique

On est tous portés à choisir les plus beaux fruits et légumes parce qu’on aime les jolies choses… Mais cela fait en sorte qu’on se retrouve collectivement avec beaucoup de gaspillage ! Choisir les aliments moins jolis s’avère donc être un choix écologique non négligeable. Et, tu remarqueras que dans bon nombre d’épiceries, cela permet même parfois de faire des économies !

Geste 6 : Éviter le plastique

Difficile de l’éliminer complètement en supermarché, mais on peut quand même faire attention ! Par exemple, si vous hésitez entre deux sortes de miel, optez pour celui qui est conditionné dans du verre plutôt que du plastique ! En effet, le verre est recyclable à l’infini… Et tu pourras même réutiliser le pot en verre pour faire ton épicerie en vrac !

Geste 7 : Acheter certains aliments en vrac

Cette liste ne serait pas complète sans mentionner l’épicerie en vrac ! Bien qu’elle demande parfois un investissement plus grand en temps et en organisation, l’épicerie en vrac présente de nombreux avantages.

Elle permet notamment d’acheter des aliments non transformés de bonne qualité et certifiés bio. Et, c’est une excellente façon de n’acheter que ce dont tu as besoin ! 

Par exemple, si tu as besoin d’agar-agar pour une recette, tu peux en acheter une quantité microscopique au lieu de te retrouver avec un pot qui prendra la poussière dans ton garde-manger pour des années à venir. Et à l’inverse, si tu es un grand consommateur de pâtes, inutile de te limiter à 500 grammes de pâtes, tu peux en prendre quelques kilos à la fois sans consommer plus d’emballage !

En plus, le vrac c’est super joli dans la cuisine 🙂

bulk shopping

Geste 8 : Acheter en gros

Pour les familles nombreuses (c’est notre cas !), acheter en gros (par exemple, chez COSTCO — mais aussi dans des supermarchés qui proposent des formats maxi ou familiaux) peut s’avérer très utile pour réduire ses déchets. Évidemment, ce n’est pas vrai pour tout — certains aliments sont largement suremballés — mais il est possible de faire des choix judicieux. Par exemple, chez nous, on achète l’huile d’olive en bidons de 3 à 5 litres, car on en consomme énormément. 

Geste 9 : Prévoir des repas « restants » ou congeler les restes

Pour limiter le gaspillage alimentaire, il peut être judicieux de prévoir des repas avec tous les restants des derniers jours ! Chez nous, chacun choisit le plat qu’il a préféré et on mange tous un menu différent, une à deux fois par semaine, pour éviter de gaspiller les portions restantes et racheter des aliments frais alors qu’on a encore de quoi se nourrir. C’est un réflexe à prendre et le bonus : c’est que ça fait moins de travail pour le cuisinier ou la cuisinière ! 

Pour ne pas avoir l’impression de manger la même chose plusieurs jours d’affilée, on peut tout à fait créer une nouvelle recette — par exemple faire une salade de riz avec un accompagnement de la veille, ou faire une sauce tomate avec les légumes du repas d’hier ! Si besoin, on complète avec une salade ou des crudités :).

Une autre option à considérer, c’est de congeler les restants avant de les perdre et de les ressortir quand on n’a plus rien dans le frigo !

Geste 10 : faire l’inventaire souvent

Dans la même veine, je te conseille fortement de faire un petit tour du frigo quelques fois par semaine, pour déceler les aliments qui se sont retrouvés tout au fond, cachés derrière autre chose et qui pourraient être oubliés à jamais. Surveille les dates de péremption, et rapproche les aliments qui périment bientôt pour une consommation rapide ! Idem pour le garde-manger et le congélo : un petit coup d’œil de temps en temps permettra d’éviter de passer tout droit et de perdre des aliments délicieux.

Certaines personnes trouvent aussi que le fait de planifier les repas permet de gaspiller moins. Perso je trouve ça contraignant alors je ne prévois pas grand-chose à l’avance — ça m’amuse même de réussir à créer des recettes avec ce que j’ai dans le frigo — mais je vois tout à fait comment le fait de planifier permettrait de moins gaspiller ! En effet, si on n’achète que les ingrédients dont on a besoin pour une recette, on risque moins d’avoir des légumes orphelins qui trainent dans le tiroir du frigo !

low waste shopping

Le plus important dans tout ça, c’est de se rappeler que la perfection n’est pas l’objectif. Il est bien préférable de faire des petits gestes quotidiennement sans culpabiliser, que d’être le champion de l’épicerie zéro déchet et de se mettre une pression immense pour y arriver. Comme pour tout le reste, les changements qui sont doux sur nous tendent à être plus durables. 

Et toi, as-tu d’autres astuces pour limiter ton impact écologique en faisant tes courses ? Partage-les avec notre communauté en commentant cet article !

Oh ! Et serais-tu intéressé par un article sur l’épicerie en vrac ? N’hésite pas à me le dire !

Marion Poirier
Follow me!
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.