Combien de mouchoirs en coton faut-il au quotidien ?

How many handkerchiefs do you need?

Bon, vous avez finalement décidé de troquer vos mouchoirs en papier pour des mouchoirs de coton ? Bravo !!!

Ici, chez TSHU, on sait que ce n’est pas une mince affaire que d’adopter de nouvelles habitudes de vie, c’est pourquoi on vous a préparé un petit guide pour assurer une transition toute douce vers le mouchoir en tissu.

Tout d’abord, commençons par la question que tout le monde se pose : combien de mouchoirs vous faut-il ? Eh bien, ça dépend. Voici les grandes lignes, pour que vous puissiez en adopter suffisamment afin de maintenir une excellente hygiène et que vous puissiez fièrement exhiber vos nouvelles coutumes auprès de votre entourage.

Des mouchoirs pour tous les jours !

Vous vous en doutez bien, les standards d’hygiène diffèrent d’une personne à l’autre. Drastiquement, même, parfois. Pour Marion, notre cofondatrice, les mouchoirs sont un peu comme les sous-vêtements. Pour elle, la règle d’or est simple : un nouveau mouchoir pour chaque jour de la semaine. Ceci étant dit, si votre mouchoir reste intouché toute une journée, il n’est évidemment pas nécessaire de le changer le lendemain. Marion a donc une collection suffisamment grande pour se moucher avec un nouveau mouchoir en tissu tous les jours pendant une semaine de sept jours, ce qui suffit amplement, à moins qu’elle ne soit malade (on vous explique ce cas de figure plus bas, ne paniquez pas !). Pour Thomas, c’est un peu différent. Thomas porte un mouchoir bien épais dans sa poche en tout temps (il préfère donc les modèles doublés). Et, il conserve son mouchoir pendant plusieurs jours. Chacun ses limites et son confort, vous voyez ? Si ça ne vous gêne pas de vous moucher dans un mouchoir qui a servi quelques fois (on parle de service classique, bien entendu — pas d’usage excessif en période grippale !) — eh bien, c’est super – et c’est plus écolo.

Différents mouchoirs pour différentes utilisations !

Déterminer le nombre de mouchoirs qu’il vous faut en fonction de l’utilisation que vous en faites est une autre façon tout à fait valable d’aborder la question. Si vous prévoyez une grosse séance d’entraînement, vous pourriez emporter votre mouchoir dédié avec vous, pour vous éponger le front. Vous partez en pique-nique ? Votre grand mouchoir en tissu d’extérieur pourra vous servir de serviette de table. Et si vous souffrez d’allergie ? Un TSHU tout frais servira à gérer vos reniflements incessants. En partance vers un mariage ? Alors là, sortez votre plus beau mouchoir pour y verser quelques larmes. L’avantage de cette approche, c’est qu’elle permet de limiter les risques. En effet, avec un TSHU désigné pour chaque usage, vos chances de vous attabler avec vos crottes de nez ou de respirer une bonne bouffée de sueur en vous mouchant seront largement réduites. Vous aimez ça, n’est-ce pas ? Dans tous les cas, on vous conseille de bien laver vos mouchoirs en coton, peu importe leur utilisation !

Et si je suis malaaaaaaade ?

Excellente question. Si vous êtes malade, eh bien hop — en quarantaine (sans blague) ! Nombreux sont ceux qui croient que les mouchoirs de coton sont moins hygiéniques que les mouchoirs en papier… Mais la réalité est, que tout dépend de vous – et de comment vous gérez vos mouchoirs.

Voici donc un petit guide pratique qui vous permettra de rester fidèle au tissu, tout en limitant la contagion :

  1. LAVEZ VOS MAINS TOUT LE TEMPS. Tout le temps ! Avant et après tout mouchage. Sans exception.
  2. Rangez votre petit mouchoir dans un étui ou une petite housse en tissu (ben oui GUYS, ne laissez pas votre mouchoir traîner partout alors qu’il est rempli de microbes !)
  3. Lorsque votre mouchoir tout doux sera plein de morve, jetez-le aussitôt dans le panier de linge sale. Et si vous êtes à l’extérieur, prévoyez simplement un sac en tissu pour vos mouchoirs sales.
  4. Last but not least — vous l’aurez deviné — gardez aussi un sac en tissu plein de mouchoirs tout frais et tout propres, pour renouveler votre collection et continuer à vous moucher dans du coton sec et soyeux (votre joli nez appréciera !).

Bon, soyons clairs — l’utilisation d’un mouchoir en tissu quand on est malade exige un peu plus de planification. Mais, en revanche, il y a plusieurs avantages à préférer le mouchoir en coton lorsqu’on est morveux et malheureux :

  • Fini les papiers mouchoirs déchiquetés dans vos poches et partout dans le lave-linge ;
  • Les poubelles débordant de petites boules de papier encroûtées ne seront plus qu’un souvenir lointain ;
  • Plus besoin de se moucher et se remoucher dans un mouchoir papier chiffonné qui se décompose ;
  • Adios la morve sur vos doigts après une soufflée particulièrement énergique qui a traversé votre papier-mouchoir translucide.

Il n’y a plus de doute dans votre esprit, n’est-ce pas ? C’est bien ce qu’on pensait. 🙂

Et si je suis un gentleman ?

Vous êtes un gentleman. On vous aime. Et c’est bien de nous le dire tout de suite, car il y a effectivement une étiquette toute particulière à suivre quand on porte le mouchoir de gentleman. C’est la base, mais on est ravis de vous expliquer le tout : vous devez en tout temps être fidèle à l’adage « one for show, one for blow ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Eh bien il vous faut un mouchoir pour le « show » (l’image, le partage), et un mouchoir pour le « blow » (le mouchage). Comment ça fonctionne, concrètement ? Alors : votre mouchoir à vous, vous pouvez vous moucher dedans et le réutiliser à souhait. No problem. Le mouchoir que vous conservez pour votre belle par contre, PAS TOUCHE ! Celui-là, il est juste pour le show. Pssssst — et si vous êtes un gentleman stratégique (on peut rêver, non ?) — on vous conseille de choisir un motif voyant pour vous moucher, et de conserver des mouchoirs tout blancs à offrir à ceux et celles qui en auront besoin.

Et si j’ai des enfants ?

Cas de figure plus complexe, mais pertinent. Peut-être que vous partagez tout avec votre progéniture. Peut-être pas. Dans tous les cas, arrangez-vous pour ne pas choper tous les merveilleux virus que votre petit boudin vous ramènera, gracieuseté d’anniversaires/école/crèche/activités — et faites mouchoir à part. Une façon toute simple (mais brillante !) de convaincre vos minots d’adopter leur propre mouchoir est de leur offrir un mini-TSHU avec un motif qu’ils adorent (leur animal favori, par exemple : girafes, éléphants, pingouins, poissons ou même cerfs !). De plus, s’ils sont tous collants (les enfants, pas les mouchoirs) après un bon goûter, ou s’ils s’écorchent le genou en jouant au superhéro, vous n’aurez qu’à humecter la face en ratine de bambou de votre mini-TSHU et votre bambin sera tout beau et tout propre à nouveau !

Follow me!

Marion Poirier

Co-founder & CEO chez TSHU
Fusée, pieuvre et un tantinet bordélique, Marion est maman, parce qu’elle a quatre enfants. Mais avant tout, c’est une femme, une amoureuse, une fonceuse, une passionnée, entrepreneure et aventureuse, mais aussi une timide et une sensible qui le cache plutôt bien. Écolo mais pas grano, elle adore les trucs zéro-déchets, le poisson cru, la danse, la mode et le thé pas sucré.
Marion Poirier
Follow me!
Partager cet article



N'oubliez pas de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien dans le courriel envoyé!

Send this to a friend