J’ai le cœur lourd…

Publié le 12 commentaires
j'ai le coeur lourd

Cette semaine, j’allais vous parler de Tencel — un tissu fabriqué avec de la pulpe d’eucalyptus… Mais en m’asseyant pour écrire, cette histoire est apparue sur mon écran et j’ai décidé de la partager avec vous.

J’ai le cœur lourd cette semaine… Lourd, car la semaine dernière, Thomas et moi nous sommes rendus à l’hôpital pour faire connaissance avec notre bébé. J’étais à 12 semaines de grossesse. 

Mais, après une batterie de tests et de prises sanguines, plusieurs heures d’attentes et d’anticipation, nous nous sommes installés dans la salle d’écho et mon sang s’est glacé. Notre petite peanut ne bougeait pas. Elle était si immobile. L’inconfort de la technicienne était palpable. Après avoir marmonné quelques excuses, elle a disparu pour aller chercher le médecin. 

Thomas et moi nous sommes pris la main, les yeux pleins d’eau. Pleins d’appréhension et en même temps, incapables de renoncer à l’espoir. Le médecin est arrivé et en quelques instants, elle a prononcé les mots qui ont tout changé : « votre petit bébé est décédé, madame ». 

Depuis, j’ai l’impression de flotter. J’avais déjà eu une fausse couche — et j’ai quatre enfants merveilleux. Mais cela ne change rien à la tristesse qui m’a envahie depuis. Jamais je n’aurais pensé que cette nouvelle me frappe aussi fort. 

Une amie m’a dit quelque chose de marquant en apprenant la nouvelle : « Ce sont les rêves que l’on se fait de l’enfant qui sont le plus gros du deuil ». Et pour moi, c’est tellement vrai. 

À l’aube de mes quarante ans, ce deuil est tellement final, tellement brusque. 

Le rêve de ce petit être était vraiment devenu une réalité. Le sujet d’une panoplie de conversations hilarantes pour trouver le prénom le plus absurde pour un petit frère ou une petite sœur. Des plans d’agrandissement et de rénovations de notre belle maison pour faire une place pour cette petite chose. De la planification financière pour absorber les changements, se préparer à une nouvelle vie avec bébé. Une pause hésitante devant les vitrines, admirant les minuscules chaussures. Des images tellement tangibles de ces moments où le temps semble suspendu, pendant ces premiers mois de douceur où l’on s’endort côte à côte, peau à peau.

Si je vous raconte cela, c’est pas parce que j’ai fermé l’atelier. Au contraire, ces derniers jours, j’ai trouvé du réconfort dans la couture, j’ai apprécié recevoir vos messages, préparer vos commandes, marcher vers le bureau de poste. Ça a même donné un sens à mes journées. 

Si je vous raconte cela, c’est parce que souvent, ces événements de la vie restent muets. Ces deuils restent secrets. Et pourtant, dès que l’on s’ouvre aux autres, on reçoit de la compassion, de la compréhension… Une pulsion presque irrésistible de dire « moi aussi, je suis passé par là ». 

Alors aujourd’hui, j’ai voulu vous dire — à vous, toutes les mamans et tous les papas qui ont vécu un deuil semblable, que je pense à vous très fort. Que je sais que ce que vous avez traversé est inoubliable, et peut-être profondément douloureux. Sachez que ma porte est toujours ouverte, si vous avez envie de partager votre histoire.

❤️

Marion Poirier
Follow me!

12 réflexions au sujet de « J’ai le cœur lourd… »

  1. Ma petite Marion, petit bout de femme incroyable et pourtant pas si petite que ça … boule de sourire et de dynamisme et pourtant pas si grosse que ça … c triste de penser à toi sans ce sourire qui te représente tant, dans ton dynamisme de positivité ! Je t’embrasse du Sud ! Je pense bien fort à toi. ❤️😘

    1. Ma chère Nadia, merci pour ce message qui me fait sourire! C’est un coup dur, mais l’optimisme reviendra vite. Gros bisous du Nord ❤️

  2. Bonjour marion et Thomas, votre histoire nous touche profondément, nous aimerions être avec vous pour un peu de réconfort, Nous savons que ce sont des moments difficiles, mais la vie reprend le dessus non pas pour oublier, mais pour continuer à vivre. Nous vous faisons de grosses bises affectueuses et pensons à vous.

    1. Si cher Michel, merci pour ce doux message. Ce sont des moments difficiles en effet, mais nous sommes choyés de traverser cette épreuve ensemble tous les cinq. On vous embrasse très fort xxx

  3. Bravo Marion de parler franchement et de partager ce douloureux moment avec nous. Courageux et aussi très humble. Tu n’es pas seule et je te soutiens. Nous nous sommes rencontrées lorsqu’une boite de mouchoirs avaient été laissée dans la rue devant notre appartement. En ouvrant la boite, je vois une panoplie de mouchoirs en tissus! Je t’ai contactée et tu la cherchais suite à un shooting photo!
    Depuis, tes mouchoirs m’accompagnent et s’offrent. Ils perdurent dans la vie! C’est une continuité de toi.
    Chaque instant s’ancre et celui que tu vis en fait partie. Une page, à toi de la vivre comme tu le ressens et offres toi douceur et amour.

    1. Oh! Anne-Sophie, ton message me fait tellement plaisir. Je suis ravie que les mouchoirs servent toujours, et très touchée de ton petit mot.

  4. Marion, CHU, Coeur lourd … comme vous, mon cœur s’est serré avec la crainte de connaître la suite, comme une évidence avec l’espoir de se tromper. Je suis bien sûr de tout cœur avec vous et partage votre peine de voir s’enfuir un rêve qui se concrétisait. Il faut s’accrocher à la réalité qui est d’avoir une si belle famille déjà. Courage pour mes jours à venir. La vie reprend toujours le dessus, mais pas comme avant.
    Je vous embrasse tous très fort.

    1. Si chère Françoise, merci pour ce touchant message. Heureusement, oui, que les garçons sont là pour nous câliner et nous rappeler de mordre dans la vie. On vous embrasse fort xxx

  5. De tout coeur avec toi, belle Marion.
    C’est un moment si douloureux à vivre,
    Je t’envoie plein de courage et d’affection.

    1. Merci ma chère Elsa ❤️

  6. Ma belle Marion
    C’est tellement triste de te penser si malheureuse mais en même temps c’est si compréhensible. Perdre un « pitchoune », aussi petit qu’il soit, nous laisse un goût amer dans notre coeur.
    J’aimerais que tu sois auprès de nous (tes cop’s du sud) pour que l’on puisse te réconforter et te dire à quel point on t’aime fort et que tu nous manques, et que si tu as besoin de parler, on est là.

    Ton message est très beau, très émouvant.
    Je t’embrasse très fort et me languis de te voir.

    1. Oh ma belle Emma, merci pour ces mots doux qui me réchauffent le coeur. Vous me manquez terriblement!!! Gros bisous du Nord ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *